Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour.html

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Samedi 25 novembre 2017, le samedi de la 33e semaine du temps ordinaire

  • Première lecture : « Ils célébrèrent la dédicace de l’autel, en offrant, dans l’allégresse, des holocaustes » (1 M 4, 36-37.52-59)

    Lecture du premier livre des Martyrs d’Israël

    En ces jours-là,
        Judas et ses frères déclarèrent :
    « Voilà nos ennemis écrasés,
    montons purifier le Lieu saint
    et en faire la dédicace. »
        Toute l’armée se rassembla,
    et ils montèrent à la montagne de Sion.
        Le vingt-cinquième jour du neuvième mois,
    de grand matin,
        les prêtres offrirent le sacrifice prescrit par la Loi
    sur le nouvel autel qu’ils avaient construit.
        On fit la dédicace de l’autel au chant des hymnes,
    au son des cithares, des harpes et des cymbales.
    C’était juste l’anniversaire du jour où les païens l’avaient profané.
        Le peuple entier se prosterna la face contre terre pour adorer,
    puis ils bénirent le Ciel qui avait fait aboutir leur effort.
        Pendant huit jours, ils célébrèrent la dédicace de l’autel,
    en offrant, dans l’allégresse, des holocaustes,
    des sacrifices de communion et d’action de grâce.
        Ils ornèrent la façade du Temple
    de couronnes d’or et de boucliers,
    ils en restaurèrent les entrées et les salles
    et y replacèrent des portes.
        Il y eut une grande allégresse dans le peuple,
    et l’humiliation infligée par les païens fut effacée.
        Judas Maccabée décida,
    avec ses frères et toute l’assemblée d’Israël,
    que l’anniversaire de la dédicace de l’autel
    serait célébré pendant huit jours chaque année à cette date,
    dans la joie et l’allégresse.

                – Parole du Seigneur.

  • Cantique (1 Ch 29, 10, 11abc, 11de-12a, 12bcd)

    Refrain psalmique : (cf. 1 Ch 29, 13)

    Nous voici pour célébrer
    l'éclat de ton nom, Seigneur !

    Béni sois-tu, Seigneur,
    Dieu de notre père Israël,
    depuis les siècles et pour les siècles !

    À toi, Seigneur, force et grandeur,
    éclat, victoire, majesté,
    tout, dans les cieux et sur la terre !

    À toi, Seigneur, le règne,
    la primauté sur l’univers :
    la richesse et la gloire viennent de ta face !

    C’est toi, le Maître de tout :
    dans ta main, force et puissance ;
    tout, par ta main, grandit et s’affermit.

  • Évangile : « De la maison de Dieu, vous avez fait une caverne de bandits » (Lc 19, 45-48)

    Acclamation : (Jn 10, 27)

    Alléluia. Alléluia.
    Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
    moi, je les connais, et elles me suivent.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        entré dans le Temple,
    Jésus se mit à en expulser les vendeurs.
    Il leur déclarait :
        « Il est écrit :
    Ma maison sera une maison de prière.
    Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
        Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner.
    Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables,
    cherchaient à le faire mourir,
        mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ;
    en effet, le peuple tout entier,
    suspendu à ses lèvres, l’écoutait.

                – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

« Vivre, c'est le Christ »

Saint Pacien de Barcelone (?-v. 390), évêque
Sermon sur le baptême, 6 ; PL 13,1093 (trad. Orval ; cf bréviaire 19e sam. )

Nous ne mourrons plus désormais. Même si nous sommes détruits en notre corps, nous vivrons dans le Christ, comme lui-même l'a dit : « Celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra » (Jn 11,25). Nous pouvons être certains ; le Seigneur lui-même en témoigne ; qu'Abraham, Isaac, Jacob et tous les saints de Dieu sont en vie. C'est justement de ceux-là que le Seigneur a dit : « Ils sont tous vivants ; car Dieu est le Dieu des vivants et non des morts ». Et l'apôtre Paul dit de lui-même : « Pour moi, vivre c'est le Christ, et mourir m'est un gain ; mon souhait, c'est de m'en aller pour être avec le Christ » (Ph 1,21-23)... Voilà bien ce que nous croyons, mes frères, et « si nous mettons nos espoirs en ce siècle-ci, nous sommes les plus malheureux des hommes » (1Co 15,19). La vie de ce monde, pour les animaux domestiques ou sauvages et pour les oiseaux, est ; comme vous pouvez le constater ; plus ou moins longue que la nôtre. Ce qui est propre à l'homme, c'est ce que le Christ lui a donné par son Esprit : c'est-à-dire la vie éternelle, mais à condition que nous renoncions désormais au péché. Car la mort résulte du péché et est évitée par la vertu ; la vie est détruite par le péché et conservée par la vertu. « Le salaire du péché, c'est la mort, tandis que le don de Dieu, c'est la vie éternelle par notre Seigneur Jésus Christ » (Rm 6,23).

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école

Questions sur Jésus

Ils l'ont rencontré

Lectures du jour

Saint(s) du jour