Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour.html

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Mardi 28 mars 2017, le mardi de la 4e semaine de carême

  • Première lecture : J’ai vu l’eau qui jaillissait du Temple : tous ceux qu’elle touchait furent sauvés (Ez 47, 1-9.12)

    Lecture du livre du prophète Ézékiel

    En ces jours-là,
    au cours d’une vision reçue du Seigneur,
    l’homme me fit revenir à l’entrée de la Maison,
    et voici : sous le seuil de la Maison,
    de l’eau jaillissait vers l’orient,
    puisque la façade de la Maison était du côté de l’orient.


    L’eau descendait de dessous le côté droit de la Maison,
    au sud de l’autel.
    L’homme me fit sortir par la porte du nord
    et me fit faire le tour par l’extérieur,
    jusqu’à la porte qui fait face à l’orient,
    et là encore l’eau coulait du côté droit.
    L’homme s’éloigna vers l’orient,
    un cordeau à la main,
    et il mesura une distance de mille coudées ;
    alors il me fit traverser l’eau :
    j’en avais jusqu’aux chevilles.
    Il mesura encore mille coudées
    et me fit traverser l’eau :
    j’en avais jusqu’aux genoux.
    Il mesura encore mille coudées et me fit traverser :
    j’en avais jusqu’aux reins.
    Il en mesura encore mille :
    c’était un torrent que je ne pouvais traverser ;
    l’eau avait grossi, il aurait fallu nager :
    c’était un torrent infranchissable.
    Alors il me dit :
    « As-tu vu, fils d’homme ? »
    Puis il me ramena au bord du torrent.
    Quand il m’eut ramené, voici qu’il y avait au bord du torrent,
    de chaque côté, des arbres en grand nombre.


    Il me dit :
    « Cette eau coule vers la région de l’orient,
    elle descend dans la vallée du Jourdain,
    et se déverse dans la mer Morte,
    dont elle assainit les eaux.
    En tout lieu où parviendra le torrent,
    tous les animaux pourront vivre et foisonner.
    Le poisson sera très abondant,
    car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre,
    et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent.
    Au bord du torrent, sur les deux rives,
    toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ;
    leur feuillage ne se flétrira pas
    et leurs fruits ne manqueront pas.
    Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux,
    car cette eau vient du sanctuaire.
    Les fruits seront une nourriture,
    et les feuilles un remède. »


    – Parole du Seigneur.

  • Psaume (45 (46), 2-3, 5-6, 8-9a.10a)

    Refrain psalmique : (45, 8)

    Il est avec nous, le Dieu de l’univers ;
    citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !

    Dieu est pour nous refuge et force,
    secours dans la détresse, toujours offert.
    Nous serons sans crainte si la terre est secouée,
    si les montagnes s’effondrent au creux de la mer.


    Le Fleuve, ses bras réjouissent la ville de Dieu,
    la plus sainte des demeures du Très-Haut.
    Dieu s’y tient : elle est inébranlable ;
    quand renaît le matin, Dieu la secourt.


    Il est avec nous, le Seigneur de l’univers ;
    citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !
    Venez et voyez les actes du Seigneur,
    il détruit la guerre jusqu’au bout du monde.

  • Évangile : « Aussitôt l’homme fut guéri » (Jn 5, 1-16)

    Acclamation : (Ps 50, 12a.14a)

    Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu ; rends- moi la joie d’être sauvé. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    À l’occasion d’une fête juive,
    Jésus monta à Jérusalem.
    Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis,
    il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha.
    Elle a cinq colonnades,
    sous lesquelles étaient couchés une foule de malades,
    aveugles, boiteux et impotents.
    Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.
    Jésus, le voyant couché là,
    et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps,
    lui dit :
    « Veux-tu être guéri ? »
    Le malade lui répondit :
    « Seigneur, je n’ai personne
    pour me plonger dans la piscine
    au moment où l’eau bouillonne ;
    et pendant que j’y vais,
    un autre descend avant moi. »
    Jésus lui dit :
    « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
    Et aussitôt l’homme fut guéri.
    Il prit son brancard : il marchait !
    Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
    Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied :
    « C’est le sabbat !
    Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. »
    Il leur répliqua :
    « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit :
    “Prends ton brancard, et marche !” »
    Ils l’interrogèrent :
    « Quel est l’homme qui t’a dit :
    “Prends ton brancard, et marche” ? »
    Mais celui qui avait été rétabli
    ne savait pas qui c’était ;
    en effet, Jésus s’était éloigné,
    car il y avait foule à cet endroit.


    Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit :
    « Te voilà guéri.
    Ne pèche plus,
    il pourrait t’arriver quelque chose de pire. »
    L’homme partit annoncer aux Juifs
    que c’était Jésus qui l’avait guéri.
    Et ceux-ci persécutaient Jésus
    parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.


    – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

« Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »

Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Sur les mystères, 24s (trad. bréviaire rev.)

Le paralytique de la piscine de Bézatha attendait un homme [pour l'aider à descendre dans la piscine]. Lequel, sinon le Seigneur Jésus, né de la Vierge ? Avec sa venue, il n'y avait plus seulement une simple préfiguration qui guérissait quelques individus, mais la vérité elle-même qui guérissait tous les hommes. C'est donc lui dont on attendait qu'il descende, lui de qui Dieu le Père a dit à Jean Baptiste : « Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre du ciel et demeurer, c'est celui-là qui baptise dans l'Esprit Saint » (Jn 1,32)... Pourquoi l'Esprit est-il descendu alors comme une colombe, sinon pour que tu voies, pour que tu reconnaisses que la colombe envoyée hors de l'arche par Noé le juste était l'image de cette colombe-là, et pour que tu y reconnaisses la préfiguration du sacrement du baptême ? ... Est-ce que tu peux encore hésiter dans le doute, alors que le Père proclame pour toi de façon indubitable dans l'Évangile : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour » (Mt 3,17) ; alors que le Fils le proclame, lui sur qui l'Esprit Saint s'est manifesté sous la forme d'une colombe ; alors que l'Esprit Saint le proclame aussi, lui qui est descendu sous la forme d'une colombe ; alors que David le proclame : « La voix du Seigneur sur les eaux, le Dieu de gloire a tonné, le Seigneur sur les eaux innombrables » (Ps 28,3) ? L'Écriture atteste aussi qu'aux prières de Gédéon, le feu est descendu du ciel et, de nouveau, à la prière d'Élie, le feu a été envoyé pour consacrer le sacrifice (Jg 6,21 ; 1R 18,38). Ne considère pas le mérite personnel des prêtres, mais leur fonction... Crois donc que le Seigneur Jésus est là, invoqué par la prière des prêtres, lui qui a dit : « Quand deux ou trois sont réunis, je suis là, moi aussi » (Mt 18,20). À plus forte raison, là où est l'Église, là où sont les mystères, c'est là qu'il daigne nous accorder sa présence. Tu es donc descendu dans le baptistère. Rappelle-toi ce que tu as dit : que tu crois au Père, que tu crois au Fils, que tu crois en l'Esprit Saint... Par un même engagement de ta parole, tu es tenu de croire au Fils de la même manière que tu crois au Père, de croire en l'Esprit Saint de la même manière que tu crois au Fils, avec cette seule différence que tu professes qu'il faut croire en la croix du seul Seigneur Jésus.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école

Questions sur Jésus

Ils l'ont rencontré

Lectures du jour

Saint(s) du jour